La hausse des tarifs n’efface pas celle des carburants ! – D. HOGREL, Président d’honneur de la FNDT

Certains communiqués diffusés sur les réseaux vantent les mérites d’avancées obtenues auprès du gouvernement pour soutenir les taxis face à la hausse des prix des carburants. Pourtant, il n’y a rien de glorieux.
La récupération de la TICPE au trimestre est louable mais la réalité est toute autre. Bon nombre de taxis ont déposé en début d’année la demande 2021 et ne sont toujours pas réglés. Qu’en sera-t-il des demandes au trimestre ?
Faut-il se féliciter de l’étalement des dettes sociales et fiscales ? Nous n’avons gagné que 12 mois de plus !
18 centimes de réduction sur le prix des carburants, c’est bien, mais pour 4 mois seulement… Si gouverner c’est prévoir, alors où sont les propositions pour après ? Une revalorisation des tarifs de 3,5 % ? Chapeau, quel coup de maître ! Surtout, quel paradoxe lorsque l’on couple cette augmentation avec la demande de retrouver une TVA à 5,50 % pour le taxi ! Rappel des règles : qui dit baisse de TVA, dit baisse des prix ! Les demandes de la profession se télescopent et se révèlent incohérentes.
N’aurait-il pas été plus judicieux de demander de ramener la TVA à 5,5 % sans pour autant toucher aux tarifs ? Cela aurait tout de même fait un gain de 4,5 % sur nos marges tout en évitant de pénaliser la clientèle qui, comme nous tous, subit de plein fouet cette crise dont on ne peut prédire la fin. N’oublions pas que le taxi ne fait pas partie des dépenses indispensables telles que le logement, la nourriture, le chauffage, etc. C’est du plus ! Et, en situation de baisse du pouvoir d’achat, on supprime le plus. À quoi bon rouler à un prix exorbitant si l’on n’a plus de client ? Une baisse de TVA avec maintien des tarifs aurait aussi permis de faire quelques économies. Nous n’aurions pas été obligés de retourner chez les installateurs, évitant ainsi une perte de temps et d’argent.
Le combat pour les négociations sur le transport de malades assis et les conditions de tarification imposées par l’Uncam aurait également été nettement plus simple sans cette glorieuse augmentation. Ce qui était facturé hier à la CPAM avec un taux à 10 % aurait été identique mais avec une TVA à 5,5 %. Force est de constater que, même dans le cadre du transport de malades, cette revalorisation tarifaire a des effets inférieurs à une minoration de TVA sans changement de tarifs ! De plus, cette augmentation accentue la pression des clauses de revoyure prévues dans les conventions. Dès à présent, 33 départements se voient renvoyés au rang de « mauvais élèves », amputés d’une partie de la hausse. Le tableau des dépenses fourni par l’Uncam nous apprend que, hors Paris, aucun des départements des négociateurs n’est touché par cette flagrante injustice. Il est navrant que le souci de l’intérêt général n’ait pas motivé les négociateurs à rejeter ces clauses de revoyure en bloc !
La flambée du prix des carburants risque de durer longtemps. Les taxis vont devoir subir cette fluctuation en dent de scie sans garantie aucune que nous n’atteindrons pas les 2,5 €/l, voire plus d’ici quelque temps.
La revendication de l’instauration d’un dispositif de « TICPE flottante », comme mis en place par le gouvernement Jospin de 2000 à 2002, aurait pris tout son sens ! 63 % de taxes sur 1,50 €/l ne laisse pas la même marge que 63 % de taxes sur 2,50 €/l. L’application de cette mesure aurait été un geste social fort pour les professionnels de la route que nous sommes, pour les autres acteurs du transport, mais aussi pour l’ensemble des citoyens de notre pays.
Didier HOGREL, Président d’honneur de la FNDT

Didier Hogrel

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :