Un monde d’après sans joker ?

La pandémie ne prenant pas de vacances, les départs en congé du deuxième tiers des scolaires de France ont obligé les automobilistes à organiser leur voyage en tenant compte du couvre-feu. « L’heure n’est pas au relâchement », a prévenu le Premier ministre. Circuler après 18 h pour cause d’embouteillage ne sera pas une excuse ! Interdits également les voyages d’agrément à l’étranger. Depuis un an, le transport aérien est en chute libre et Paris Aéroport enregistre une baisse de circulation de 70 % ! En annonçant l’abandon du projet d’extension de l’aéroport Paris Roissy Charles-de-Gaulle et tandis que Paris Aéroport promet de devenir le « leader de l’aviation verte », le gouvernement tente de pimenter son projet de loi « Climat et résilience » dont la fadeur écologique est dénoncée à la fois par les ONG et les contributeurs de la Convention citoyenne sur le climat. Pendant ce temps, la Commission européenne se penche sur les aides publiques dont Air France a bénéficié : « 10,4 milliards d’euros, dont 7 de prêts directs ou garantis par l’État français, actionnaire à 14,3 %, et 3,4 milliards de l’État néerlandais, actionnaire à 14 % », rappelle le quotidien La Tribune. La compagnie est désormais sous la menace d’avoir à céder les créneaux horaires qui lui donnent l’avantage sur les autres transporteurs pour desservir Paris… Volant aussitôt à la rescousse de ce fleuron national, le ministre des Transports – ex-pilote aérien – entend lancer un pacte de régularisation sociale avec ses homologues européens. « Depuis 15 ans, l’Europe n’a pas su juguler le dumping social et fiscal dans l’aérien. La concurrence, oui. Mais je refuse que la reprise ne bénéficie qu’aux low-cost qui exploitent les zones grises du droit européen », tweete Jean-Baptiste Djebbari. Témoins quotidiens des dérives de l’ubérisation du transport de personnes, alors que les conflits se multiplient avec l’effondrement des chiffres d’affaires, les taxis de France sont prêts à se faire pousser des ailes pour que le gouvernement leur témoigne la même sollicitude… À l’écoute de l’actualité pendant les longues heures d’attente en station, plusieurs chauffeurs ont décidé de réunir une #Teamtaxi sur Twitter afin de dénoncer l’intox et le lobbying qui pervertissent le développement du secteur. D’autres, pour protéger leurs clients de la rapacité des conducteurs ubérisés, ont même rédigé un guide de survie !
Prenons soin de nous !

Hélène Manceron

Plus d’info : « Guide de survie aux gares et aux aéroports », LNTP – Télécharger l’infographie

Partenaire photo ©DoYouSpeakTaxi 

Feuilleter le web journal

Consulter les annonces

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :