Frontière suisse : Genève inaccessible

Imposant des conditions drastiques au transport public particulier de personnes (T3P), les autorités du canton de Genève bloquent l’activité et la circulation des taxis des territoires frontaliers. Alors que la saison est déjà impactée par la fermeture des infrastructures de loisirs et de restauration des stations de ski, les taxis de Savoie, de Haute-Savoie, de l’Ain, du Rhône et de l’Isère ne peuvent plus répondre à la demande transfrontalière. Explication de Pascal Petiteau et Lionel Rol, représentants du Syndicat des Artisans Taxis de Savoie.

La saison de sport d’hiver compromise, les transports illégaux ne sont pas venus mais les contrôles pèsent sur les taxis frontaliers.

Des conditions irréalistes
« Depuis 2015, pour travailler sur le canton de Genève, toutes les entreprises de France doivent s’inscrire auprès des services migratoires et déclarer la course 8 jours au préalable pour être autorisées à travailler au maximum 90 jours/an », explique Lionel Rol. « En revanche, pour déposer un client ou transiter par le territoire suisse lors d’une course, nous n’avions besoin de rien. Mais, depuis cette année, nous devons nous déclarer dans tous les cas de figure, et ce 8 jours à l’avance ! ». En cas de contrôle, le taxi – comme le VTC – risque une amende de 5 000 CHF (4 600 €). « Depuis l’hiver dernier, mêmes les assistances sont devenues problématiques car nous sommes obligés de nous présenter 3 heures à l’avance pour installer nous-mêmes les rapatriés. Aujourd’hui, nous ne pouvons plus raccompagner un citoyen suisse en urgence chez lui ! Quant au transit, pour une course de Chambéry ou Grenoble vers Strasbourg et l’est de la France, nous sommes obligés de rallonger le trajet d’une centaine de kilomètres afin de ne pas empiéter sur le territoire helvète », déplore Lionel Rol.
Lutte sans discernement
Si les autorités du canton de Genève ont pris des dispositions si contraignantes, c’est parce que chaque hiver, la zone est envahie par des véhicules de transport illégaux étrangers effectuant des courses vers les stations de ski. « En saison normale, pour l’aéroport, cela représente environ 250 véhicules illégaux qui tournent en permanence », témoigne Lionel Rol. En provenance de Lituanie, de Hongrie, d’Estonie, mais aussi de France, cette concurrence déloyale dénoncée de part et d’autre de la frontière avait même provoqué le blocage de l’aéroport de Genève par les taxis genevois en janvier 2019. « Nous supposons que ces dispositions sont une réponse à cette situation mais elles impactent tout le monde », explique Lionel Rol. « D’autant que cette année, en l’absence de touristes, la concurrence déloyale s’est évaporée et la multiplication des contrôles ne fait que ralentir l’activité des transporteurs légaux. »

Pascal Petiteau, SDATS.

2 poids, 2 mesures ?
Dès décembre dernier, les représentants des syndicats de taxis comme de VTC de l’Ain, de la Savoie, de Haute-Savoie, de l’Isère et du Rhône ont saisi les autorités françaises et helvètes. Malgré l’ajournement d’une manifestation à la frontière et plusieurs tentatives de conciliation, les autorités du canton de Genève semblent faire la sourde oreille. D’autant qu’aucune réciproque ne s’applique aux taxis genevois qui peuvent continuer à travailler et transiter librement sur le territoire français. « Les temps sont durs pour tout le monde et chacun tire la couverture à soi. En Savoie, cette situation impacte la saison hivernale mais pour d’autres départements comme la Haute-Savoie, c’est une problématique permanente. Ces restrictions sont également imposées aux autres cantons suisses. Il va falloir régler ce problème pour l’année prochaine », conclut le président du SDATS, Pascal Petiteau.
Propos recueillis par HM

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :