Taxis/T3P : Automne en station

Au gré des fluctuations de la pandémie et des restrictions de mobilité, l’activité des taxis reste plus que morose. Même si les efforts fournis en matière de sécurisation sanitaire portent leurs fruits auprès des passagers, les aides de l’État apparaissent à nouveau comme seule planche de survie. S’enfonçant dans l’ubérisation, les chauffeurs de VTC multiplient les actions sans que cela semble modifier les agissements de leurs plateformes de mise en relation.

Aides aux entreprises
Tentant de limiter l’impact des mesures sanitaires sur l’économie, le gouvernement a mis en place des dispositifs fiscaux et sociaux destinés aux PME. Exposant les mesures aux unions d’organisations professionnelles telles que l’U2P et la CPME, les ministres délégués auprès du ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, chargés des comptes publics ainsi que des petites et moyennes entreprises, ont réaffirmé les possibilités de réduction des cotisations sociales et de report d’échéances. « Il a été précisé que les bénéficiaires de l’élargissement du fonds de solidarité (liste S1 et S1 bis) pourraient également être exonérés de charges sociales. Les ministres ont, enfin, évoqué le fait que ces mesures exceptionnelles pourraient être prolongées en fonction de l’évolution de la crise sanitaire dans les prochains mois », a souligné la CPME dans son compte rendu.
Rencontre auprès des sinistrés
Face aux dégâts de la tempête dans les Alpes-Maritimes, les taxis du département se sont mobilisés afin de venir en aide aux populations. « En coordination avec les secours, nous avons rapatrié les sinistrés dans leurs familles ou à l’hôtel », témoigne Fabrice Cavallera, président de la FFTP, Fédération des taxis de province. Présenté au Président de la République lors de sa visite de soutien à la zone sinistrée, le représentant de l’organisation professionnelle a pu expliquer les problématiques rencontrées par la profession et l’implication des taxis auprès des territoires. « Partenaires des élus locaux au quotidien comme dans toutes les situations exceptionnelles, nous les remercions aujourd’hui pour leur soutien », a-t-il tenu à souligner.
VTC aux abois
Multipliant les actions de contestation et les procédures judiciaires, les chauffeurs de VTC ont manifesté ce lundi 12 octobre sous les fenêtres du ministère de l’Économie. Attirant à coups de mortier l’attention sur leur désillusion de l’ubérisation, ils revendiquent des aides économiques supplémentaires, considérant les mesures déjà engagées inefficaces pour leur activité. À l’aide d’un cabinet d’avocats, 150 recours pour requalification en contrat salarié de leur relation avec la plateforme Uber ont été déposés devant le conseil de prud’hommes de Paris. Mandatée par une centaine de chauffeurs, la Ligue des droits de l’Homme a quant à elle déposé une plainte supplétive devant la CNIL, dénonçant l’opacité de l’utilisation des données des chauffeurs par la multinationale. À Londres, si Uber est quand même parvenu à obtenir une licence provisoire de 18 mois, les autorités attendent de la plateforme les preuves de sa lutte contre l’exploitation de chauffeurs illégaux.
Hm

—– Partenaire —-

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :