Taxis : les oubliés de l’histoire ! – Chr. Jacopin, gérant Gescop-Alpha taxis

Représentant de Gescop, célèbre coopérative de taxis parisiens, Christophe Jacopin dénonce la situation dans laquelle menace de s’enliser la profession. Mobilisé pour faire face à la crise dans laquelle la pandémie a plongé l’activité des taxis, il exhorte les pouvoirs publics à prendre les mesures nécessaires et les taxis à se mobiliser pour leur survie.

Christophe Jacopin

Comment faites-vous face à la crise ?
Le début du confinement a été compliqué mais grâce à la mobilisation de nos équipes nous avons maintenu notre activité et le lien avec nos chauffeurs (sociétaires, affiliés radio et locataires gérants.). Le service commercial d’ALPHA TAXIS a réussi le tour de force de maintenir une activité en coordonnant les déplacements des soignants et du personnel d’Ehpad. L’accès à nos locaux a été fermé du 18 mars jusqu’à fin mai pour protéger la santé de nos salariés qui étaient en télétravail et/ou au chômage partiel selon leur fonction. Une équipe minimale est restée présente sur le site. Les échanges de mails ont permis de répondre aux chauffeurs et de les informer au fil des semaines. Sur le plan économique, nous avons pris des mesures exceptionnelles immédiatement. Pour les locataires gérants, nous avons baissé de 40 % leur redevance et suspendu les contrats de ceux qui le souhaitaient. Ce dispositif est reconduit en juin 2020. Pour nos sociétaires, les crédits voiture ainsi que les charges sociales ont été différés pour leur donner une respiration temporaire. Une majorité de taxis se sont confinés pour raisons familiales (garde d’enfants) ou parce qu’ils faisaient partie des profils fragiles. Actuellement, certains sont toujours en arrêt. Des chauffeurs ont heureusement pu bénéficier du fonds de garantie pour assurer leurs charges personnelles. Avant de pouvoir bénéficier fin avril d’une dotation de 4 000 masques par la Région pour les affiliés radio, nous avons du acheter plus de 10 000 masques. Ce fut très compliqué de trouver du gel, des masques et des parois séparatrices, ainsi durant une période, les taxis se sont débrouillés. A présent, un fournisseur de paroi séparatrice souple équipe nos chauffeurs. (Nota bene : certains assureurs ne prennent pas en charge les sinistres si la paroi est rigide). Gescop réouvrira ses portes à la mi-juin dès que les conditions sanitaires seront satisfaisantes pour accueillir en toute sécurité le millier de chauffeurs qui nous rend visite tous les mois.
Quelles difficultés rencontrez-vous ?
Le statut spécifique des coopérateurs, qui ne sont pas salariés mais assimilés salariés, les a exclus du chômage partiel quand le gouvernement a requalifié les arrêts pour garde d’enfant en chômage partiel. Nous avons été oubliés comme d’autres d’assimilés salariés dans d’autres secteurs. L’activité parisienne et celle de province sont différentes, des mesures spécifiques pour les taxis parisiens doivent être décidées. 90 % de l’activité des taxis de province est médicale. A Paris, à peine 3000 taxis sont conventionnés. Obtenir une subvention de l’Uncam pour les taxis conventionnés comme cela a été le cas récemment n’est pas stratégique pour les taxis parisiens. Alors qu’en Ile-de-France, les taxis sont des acteurs de la mobilité touristique, le Premier ministre a décidé de les écarter du plan de soutien de ce secteur dans lequel ils jouent un rôle essentiel !
Quelles perspectives pour les taxis parisiens ?
Quel que soit leur statut, les taxis sont inquiets. L’activité est très réduite en raison des fermetures d’aéroports, de restaurants et d’hôtels. Les courses liées à l’activité touristique représentent plus de 60 % de notre activité. Nous intégrer dans le plan de relance et de soutien du secteur touristique relève du bon sens. Nous pourrions ainsi bénéficier du dispositif prévu ; à savoir l’exonération des charges sociales et de la TVA, du chômage partiel et de l’accès au fond de solidarité. Comme en 2016, la création d’une « cellule de crise taxi » est nécessaire avec un médiateur dédié aux chauffeurs en difficulté. Nous avons fait des propositions à Edouard Philippe. S’il faut manifester pour nous faire entendre, nous nous mobiliserons. La colère gronde auprès des chauffeurs et lorsque vous n’avez plus rien à perdre…

Propos recueillis par HM

Plus d’info – www.gescop.fr

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :