Taxis/VTC : En attendant les résultats…

Si pour certains taxis la période estivale est un temps de vacances, pour d’autres, c’est la pleine saison !

Élisabeth Borne ne cache pas ses ambitions. Alors que son maroquin des Transports s’est étoffé de la Transition écologique et solidaire, elle affirme médiatiquement sa volonté d’être « la ministre des résultats » ! Pourtant, après l’échec du premier examen parlementaire du projet de loi d’orientation des mobilités (LOM), l’état actuel du transport public particulier de personnes (T3P) ne risque pas de couronner de succès la politique du gouvernement. Tandis qu’Uber et consorts dévissent en bourse, les taxis s’impatientent du respect de la réglementation et les plates-formes numériques continuent de vouloir détricoter la professionnalisation du secteur.
Éviter le hors-jeu
Malgré la multiplication des efforts des Boers et des forces de police pour lutter contre le transport illégal, les résultats de la politique du gouvernement en matière de T3P restent négatifs. Taxis et chauffeurs de VTC attendent depuis 2016 (!) le décret d’application de l’article 2 de la loi Grandguillaume, décret qui permettrait aux autorités d’éliminer de nombreux conducteurs illégaux en vérifiant les données exploitées par les intermédiaires numériques de transport. Pendant ce temps, les plates-formes VTCistes sont vent debout contre une professionnalisation de leurs chauffeurs qui tarirait leur source de main-d’œuvre. En attendant la reprise de l’examen du projet de LOM, la circulation des trottinettes motorisées s’est imposée dans le débat public et la mobilisation des livreurs à vélo dénonçant, après les chauffeurs de VTC, leur précarité ainsi que la perversité de l’algorithme utilisé pour optimiser leur activité, fait tache.
Far west de proximité
Dans l’attente d’une reprise en main politique, les actions locales se multiplient. Plusieurs municipalités interdisent désormais la circulation et le stationnement des VTC, les aéroports multiplient les initiatives pour prévenir leurs passagers contre le racolage illégal. À bout de souffle, de nombreux chauffeurs de VTC s’échouent, hors des chiffres du chômage… Représentant 2,8 millions de chefs d’entreprise de l’artisanat, du commerce de proximité et des professions libérales, l’U2P (Union des entreprises de proximité) alerte « sur l’imminence d’un désastre économique et social ». « Derrière les noms sympathiques et les couleurs chatoyantes, il faut en finir avec la manière dont certaines plates-formes exercent leur activité. Je connais l’aspiration des Français pour une consommation responsable, tenant compte des individus et contribuant au développement durable. J’en appelle donc au bon sens des consommateurs pour ne pas cautionner les dérives actuelles de certaines plates-formes. J’en appelle également aux pouvoirs publics : il faut d’urgence rétablir des règles claires, équitables et qui s’imposent à tous de la même manière », prévient Alain Griset, son président.

Alors qu’Uber dévisse en bourse, les taxis ont réaffirmé leur qualité de service et leur fiabilité économique.

Licornes malades
Quant aux résultats économiques de l’ubérisation, ils ont de quoi donner le tournis. Uber totalise 5,2 milliards de dollars de pertes au cours des 3 derniers mois ! Obligée de communiquer ses performances depuis son introduction en bourse au printemps dernier, la multinationale a néanmoins annoncé vouloir continuer à investir de manière « agressive ». Comme pour ses homologues de l’intermédiation disruptive, Uber multiplie les conflits et les procédures judiciaires. À Marseille, elle avoue avoir délibérément et largement budgété la verbalisation de sa campagne de publicité sauvage avant même son lancement. En Colombie, les autorités menacent de 620 millions de dollars d’amende la multinationale et d’une suspension de permis de 25 ans tout conducteur surpris en train de travailler pour la plate-forme… Alors que les chiffres prouvent aujourd’hui que les plates-formes VTCistes contribuent à la dégradation des conditions de circulation, les promesses de véhicules sans conducteur sont désormais reléguées à un avenir plus lointain. La baisse incessante de l’action témoigne du scepticisme grandissant des investisseurs face à la fuite en avant des licornes du transport de personnes.

Hm

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :