Michel de la Teigne, Episode #130

Sympa, ce Pierre-Féline ! Je pourrais en profiter pour écrire un billet sur les travestis, ce serait formidablement putaclic… Mais je vous rappelle que je suis Président de la République (relisez l’épisode 122). Et en tant que Président, je dois vous parler d’écologie, quitte à saisir la moindre occasion.

L’occasion du jour, c’est ce Pépito à l’huile de palme. Rassurez-vous, pas de photo d’orang-outan qui pleure sur ce blog : qui veut en voir en trouvera beaucoup sur internet, et des chiffres qui le glaceront encore plus d’effroi que la vision de ces primates exilés.
Place aux questions de fond : peut-on sauver la planète en arrêtant de manger des Pépito ? Autrement dit, l’action individuelle cumulée de milliards de consommateurs peut-elle suffire à générer de grands changements ?
Eh bien, je ne crois pas. Arrêtez de manger des Pépito, tirez la chasse d’eau moins souvent et fuyez EDF pour Enercoop, c’est bien… Mais ça ne suffira pas. Le désastre écologique est tel, et tellement général, à tous les niveaux, que des actes individuels ne suffiront pas. Parce que c’est un problème systémique : autrement dit, c’est le système qui nous encourage à consommer beaucoup, à jeter beaucoup, à ne pas prendre le temps de faire des choix raisonnés… Et nous faisons de notre mieux à l’intérieur de ce système – le capitalisme consumériste – parce que notre instinct de survie nous commande de nous adapter. Mais on ne peut pas changer le système individuellement ; quels que soient nos efforts, si nous ne voyons pas plus large, si nous ne menons pas d’action collective, nous courons ensemble à notre perte.
Si nous sommes capables en revanche de renverser la table, de changer radicalement le système, de le révolutionner littéralement, nous avons une chance de laisser aux générations futures un monde à peu près aussi beau, et riche, et confortable que le nôtre. Mais cela ne se fera pas dans la douceur, la tiédeur progressive d’une transition réformiste, avec ceux qui veulent que ça n’aille surtout pas trop vite, au nom du « réalisme » politique, pour ne déranger personne.
Je vais même aller plus loin : ceux qui écrivent des livres comme Ça commence par moi ou font des vidéos pour faire croire que tout part de l’individu, du petit colibri qui fait sa part du taf avec sa goutte d’eau dans le bec, ceux-là sont les complices imbéciles du conservatisme et de l’immobilisme. Parce qu’ils participent à faire croire qu’on y arrivera avec Macron, de Rugy, Canfin et toute cette brochette d’invalides écologiques, qui n’ont rien compris à l’avenir.

Notre salut sera radical ou ne sera pas.

Michel de la Teigne

 

Si vous souhaitez continuer à lire les épisodes de Michel de la Teigne, nous vous invitons à vous inscrire à sa liste de diffusion et à le soutenir afin qu’il puisse continuer à lâcher son volant pour prendre ses crayons !
Découvrir Michel de la Teigne
Lire toutes les histoires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.