Biocarburant dans les champs

Les prix des carburants sont la caricature de la politique des Etats ! Tandis que le ministre de l’Action et des Comptes publics tentait, cet été, de justifier la nouvelle hausse des taxes par une volonté gouvernementale d’inciter la population à changer de moyen de transport, les automobilistes français en vacances en Espagne ont pu concrètement vérifier cette Lapalissade. En effet, si les diésélistes ont pu profiter de prix cassés – entre 1,25 et 1,30 €/l aux stations espagnoles contre 1,48 €/l et 1,60 €/l dans l’Hexagone -, les conducteurs roulant au bioéthanol ont dû temporairement revenir à l’énergie fossile afin de poursuivre leur voyage. Surprise à la pompe car contrairement à la situation française où le biocarburant a le vent en poupe, seule une station est accessible à Madrid, au prix de 1,49 € le litre ! Produit à partir de biomasse (matières premières d’origine végétale ou issues de déchets), le bioéthanol semble cependant offrir – aux côtés du biodiésel et des « huiles végétales pures » réservées aux agriculteurs comme aux pêcheurs -, une contribution intéressante dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre des véhicules à essence. Développé depuis 10 ans, ce carburant de substitution semble aujourd’hui entrer dans une nouvelle étape de son développement. Mais, si le cap des 1 000 stations de distribution dans l’Hexagone a été dépassé en avril dernier, l’adaptation des véhicules reste encore du domaine des experts en mécanique ! En effet, il nécessite a minima la transformation du moteur grâce à un boitier de conversion homologué installé par un garagiste agréé. À 0,697 € le litre en moyenne, ce mois d’août 2018, la solution séduit de plus en plus de conducteurs !
Issue de la transformation industrielle de betteraves et de céréales en alcool déshydraté, le bioéthanol, commercialisé sous l’appellation E85, apparaît comme une alternative tout autant prometteuse en matière d’écologie et d’agriculture que compétitive pour les automobilistes.
Suscitant une violente polémique sur une éventuelle compétition entre la production agricole de biocarburants et la production alimentaire, les promoteurs du bioéthanol ne revendiquent qu’un objectif de moins de 1% de la Surface Agricole Utile totale française, et travaillent à diversifier la composition des sources de biomasse agricole.
Pourtant, la prochaine loi d’orientation sur les mobilités (LOM) semble faire l’impasse sur l’innovation en matière de biocarburants grand public axant le « verdissement » des transports par la multiplication des véhicules électriques …
Alors que moissons et vendanges battent leur plein, une manifestation à l’appel de la Confédération paysanne était organisée dans l’Indre, ce 29 août dernier. Dénonçant l’accaparement des terres par des consortiums d’investisseurs et la spéculation réalisée sur leur production, les participants refusent de « devenir les salariés de grands fonds de pension », déclarait médiatiquement un porte-parole. Alors que les agriculteurs souffrent de la dévalorisation de leur activité, ne faudrait-il pas que l’on innove avant de se faire couper l’herbe sous le pied ?

Hélène Manceron

Retrouvez notre édition téléchargeable le 15 septembre 2018 et profitez d’une rentrée 100% TAXIS

Abonnements

Consulter les annonces disponibles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.