Maraude électronique en marche !

Désormais sous la tutelle du ministère chargé des Transports, le registre numérique Le.Taxi affiche la volonté de favoriser la création d’un « service public de maraude taxi ». Abordant une nouvelle étape de son développement, le dispositif a renforcé ses exigences auprès des applications partenaires et son équipe multiplie les opérations de communication aux stations parisiennes. Questions à Ishan Bhojwani, de la direction interministérielle du numérique, des systèmes d’information et de la communication.

Ishan Bhojwani de la direction interministérielle du numérique, des systèmes d’information et de la communication.

Quels sont vos nouveaux objectifs ?
Grâce à l’open data taxi, les taxis ont les moyens de fournir un véhicule dans l’immédiat à chaque demande de client, À Paris, nous développons la mise en œuvre du dispositif avec le soutien des services de la préfecture de police et grâce aux retours d’exploitation des chauffeurs des flottes Atlantis et Alpha taxi désormais tous connectés. Nous avons également resserré les partenariats initiés au lancement du registre, comme par exemple avec Tako, start-up innovante et dynamique, qui a déjà séduit plus de 1000 chauffeurs. Nous travaillons désormais avec les applications les plus impliquées dans le développement de la maraude électronique, tout en nous assurant de la conformité réglementaire des partenaires que nous agréons.
Pour cela, il faut une stratégie…
Alors que le lancement parisien du dispositif a déjà près d’un an d’existence, certains taxis semblent seulement prendre conscience de l’opportunité de l’innovation numérique pour le renouveau de leur profession. L’usager a choisi : il ne se déplace plus sans l’aide d’un smartphone et rien ne le fera revenir en arrière. Notre priorité est d’informer les chauffeurs qu’ils peuvent désormais se rendre visibles là où se trouve la clientèle. L’objectif est de recruter une masse critique de volontaires permettant de satisfaire la demande de clients suscitée par les campagnes de communication grand public programmées par les applications partenaires. Nous multiplions pour cela les opérations d’information aux stations et, en base arrière aux aéroports de Paris, nous avons réalisé une vidéo explicative et fait imprimer un livret de formation. La tendance évolue !
Vos prochains défis ?
Notre mission, pour cet été, est de franchir un premier cap afin d’amorcer un fonctionnement vertueux. 2500 chauffeurs se sont déjà inscrits sur une application de mise en relation chauffeur afin de pouvoir participer au dispositif et sur les 1600 taxis parisiens connectés, 80 % sont actifs tous les jours. Il faut rompre avec le dilemme de l’œuf et de la poule. Qui doit faire le premier pas ? Les clients qui peuvent être déçus de ne pas voir de taxis ou les chauffeurs impatients de recevoir des courses dès leur connexion ? L’actuelle perte de vitesse de leurs concurrents ne doit pas servir de prétexte à un nouvel immobilisme de la profession. La montée en gamme de la qualité des centraux radio de taxi est un bel exemple à suivre. Les courses proposées par les partenaires Le.Taxi sont facturées sans approche mais sont des courses quand même ! Un bon fonctionnement du dispositif facilitera l’intégration du service taxi dans les applications intermodales et permettra d’établir, après analyse, des prévisions de charge qui pourront être transmises aux taxis connectés.
Propos recueillis par HM

Plus d’infos :
le.Taxi – vidéolivret de formation

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s