Taxis du Var : innovation et création d’emplois

Membre de la commission exécutive de la Fédération nationale des taxis indépendants – FNTI – et présidente de la Commission des affaires sociales de la Fédération, Armelle Lamblin est taxi varoise, présidente de la FTI83. Lors de l’assemblée générale du 10 février dernier, elle a pu présenter le projet de plate-forme dédiée aux adhérents de l’organisation professionnelle. Profitant de l’occasion pour faire le point sur l’activité taxi dans le département, elle répond à nos questions.

Membre de la commission exécutive de la Fédération nationale des taxis indépendants – FNTI – et présidente de la Commission des affaires sociales de la Fédération, Armelle Lamblin est taxi varoise, présidente de la FTI83.

Pourquoi vous être engagés dans l’organisation d’une plate-forme dédiée ?
L’avenir est au numérique. Il faut que la profession mette en place des systèmes pour ne pas voir son activité passer sous la coupe de groupes de transport ou de logistique. Le centre hospitalier Sainte-Musse de Toulon – La Seyne-sur-Mer, le plus grand hôpital du Var, a investi dans un nouveau logiciel de gestion qu’il nous fallait intégrer. En concertation avec les centraux radio de taxis du secteur ainsi que les ambulanciers, nous avons créé un dispositif facilitant la gestion des entrées et des sorties hospitalières afin que personne ne soit lésé. Il découpe le département en 9 secteurs auxquels l’ensemble des entreprises taxis et ambulances a été affecté. En phase de test depuis le 13 février, nous faisons face aux défaillances du logiciel du CHITS. Avec l’appui de la solution Appsolu nous développons notre propre interface dédiée aux transports conventionnés. À terme, le système satisfera aux demandes de transports des assistances ainsi qu’à celle de taxi classiques. J’invite mes collègues, conventionnés à s’engager dans la mise en place d’interface de gestion des entrées / sorties hospitalières afin d’échapper à la main mise de groupes financiers qui se sont déjà positionnés dans d’autres départements.
Pourquoi solliciter la création de licences sur le département ?
Certains territoires se trouvent très excentrés des plateaux de soins. L’accompagnement de certains patients nous réquisitionne toute la journée et ne nous permet pas d’être disponibles. Le développement d’une coopération entre communes de rattachement afin de proposer une zone de prise en charge départementale serait un défi positif à relever. Aujourd’hui, la création de licences rurales en fonction d’indicateurs économiques raisonnables et objectifs est nécessaire afin que le taxi reste un service de proximité. Nous attendons aussi beaucoup des nouvelles dispositions en matière de formation et d’examen. Face à la pénurie de conducteurs, nous espérons que l’augmentation du nombre de sessions ouvrira le recrutement. Nous attendons également avec impatience les dispositions concernant les passerelles qui permettront aux taxis de changer de département d’exercice après un stage complémentaire.
Êtes-vous épargnés par la concurrence ?
D’une façon générale, la concurrence est profitable à la dynamique de la profession. Après avoir cassé les prix pour s’installer sur le marché du transport scolaire, qui relève du Conseil départemental, les sociétés de transport ont relevé leur offre et le taxi est redevenu compétitif. Le problème réside dans le hors-contrôle de la concurrence. Celle des VTC est surtout présente dans les villes comme Saint-Raphaël, Fréjus ou Saint-Tropez et connaît des pics saisonniers. La commission préfectorale nous a fait part des résultats des nombreuses sanctions et interdictions de stationnement qui ont déjà été prises et nous avons un avis plutôt positif sur la nouvelle réglementation du secteur. Reste que l’application de cette réglementation dépendra des moyens de contrôle mis à disposition. L’exigence de flagrant délit est très contraignante car pour être efficace, il faudrait un fonctionnaire de police dans chaque gare et chaque zone de prise en charge !
Propos recueillis par HM

Réunis en Assemblée générale à Draguignan, les membres de la FTI83 ont pu débattre de l’avenir de leurs entreprises de proximité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :