Londres : vive les Black Cabs !

Alors qu’il doit faire face aux demandes en requalification en contrat de travail de ses « partenaires » chauffeurs tout récemment en Grande-Bretagne, Uber affronte aujourd’hui le nouveau maire de Londres, Sadiq Khan, et sa volonté de faire le ménage dans le T3P. Deux axes principaux : d’une part soutenir et accompagner les Black Cabs dans leur chemin vers la modernité ; d’autre part renforcer les exigences envers les chauffeurs de plates-formes de mise en relation au bénéfice de la clientèle et des chauffeurs eux-mêmes.

En juin dernier, The London Taxi Company, constructeur des fameux black cabs, a présenté à Paris le concept-car du taxi londonien.

En juin dernier, The London Taxi Company, constructeur des fameux black cabs, a présenté à Paris le concept-car du taxi londonien.

Les Black Cabs virent au green
Véritable icône du taxi à travers le monde, le Black Cab londonien subit depuis des années les rudes coups de la concurrence, loyale ou non. « Les black cabs sont une source de fierté pour les Londoniens », déclare le nouveau maire de Londres qui lance une vaste opération de 65 millions de livres (près de 76 millions d’euros) afin de relancer leur attractivité. Ils font désormais partie intégrante de l’application de Transport for London* destinée aux voyageurs se déplaçant dans la capitale britannique. Une vingtaine de voies de bus supplémentaires leur seront accessibles d’ici la fin de l’année et le nombre de stations va augmenter de 20 % en 4 ans, dont certaines seront réservées exclusivement aux véhicules zéro émission. Londres ambitionne en effet de proposer la flotte de taxis la plus « verte » du monde et a engagé une série de mesures de compensation financière afin d’éliminer progressivement la motorisation Diesel à partir de 2017. En contrepartie, les véhicules sont obligatoirement équipés de lecteurs de cartes de crédit, y compris de cartes sans contact. À partir du 1er janvier 2018, Londres réservera exclusivement la délivrance de nouvelles licences taxi aux « cabbies » équipés de véhicules 100 % électrique.
Uber crie au scandale
Il fallait bien cela pour soutenir les quelque 22 500 Black Cabs qui ont dû subir depuis plusieurs années d’abord l’invasion des mini-cabs, équivalents à l’époque de nos petites remises, puis des applications du type Uber, pour arriver à un total d’environ 80 000 véhicules de VTC. Sadiq Khan s’attaque également à ce secteur en renforçant les exigences envers les chauffeurs : obligation de se soumettre à un test écrit de langue anglaise (coût : 200 livres, soit 230€ à la charge du chauffeur) ainsi que de posséder une assurance spécifique pour le transport des passagers, même durant les périodes où le véhicule n’est pas utilisé pour du transport à titre onéreux. Ces mesures font hurler Tom Elvidge, le directeur d’Uber à Londres, qui – selon l’habitude désormais établie du géant californien – appelle la clientèle à manifester son mécontentement sur les réseaux sociaux. Cerise sur le pudding, il accuse le maire de Londres de discrimination envers les chauffeurs de la plate-forme qui sont souvent des « immigrants qui travaillent dur pour subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille ! » Nul doute que Sadiq Khan, fils d’une couturière et d’un chauffeur de bus d’origine pakistanaise, qui a vécu son enfance dans une modeste cité HLM avec ses 7 frères et sœurs, appréciera la leçon de morale…
LT

* Transport for London : Organisme public en charge des transports en commun de Londres et du Grand Londres.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s