Procédures : Uber sur la mauvaise pente

Se présentant dans les médias en champion toute catégorie de l’accès à la mobilité pour les publics défavorisés – quartiers difficiles, désertés par les taxis, clientèle « oubliée » par les transporteurs traditionnels –, Travis Kalanick, le patron d’Uber, a connu une année 2015 mouvementée. Sans parler des diverses interdictions prononcées dans le monde et notamment en France contre les services de type UberPop, l’État de Californie a condamné en première instance sa société à une amende record et des « fuites » malencontreuses ont permis de découvrir que la start-up avait essuyé au premier semestre 2015 des pertes d’un milliard de dollars.

Condamnée par l'administration californienne à une de 7,65 millions de dollars, Uber a par ailleurs été reconnu coupable d'outrage à la cour. L'application dispose de 30 jours pour s'acquitter de son amende ou elle sera interdite sur sa terre natale.

Condamnée par l’administration californienne à une amende de 7,65 millions de dollars, Uber a par ailleurs été reconnu coupable d’outrage à la cour. L’application dispose de 30 jours pour s’acquitter de son amende ou elle sera interdite sur sa terre natale.

Discrimination négative
En juillet de l’année dernière, la juge Karen V. Clopton de la CPUC, Commission californienne des services publics, a condamné Uber à une amende salée de 7,3 millions de dollars (6,7 millions d’euros), assortie d’une menace de suspension de son permis d’exercer et ce dans le propre État qui l’a vue naître ! La CPUC reproche en effet à Uber de rechigner à fournir toutes les informations qu’elle lui réclame, notamment le nombre de véhicules adaptés détenus par ses chauffeurs, le nombre de courses refusées et le motif du refus. Bref, la juge accuse Uber de ne pas respecter la loi californienne qui interdit la discrimination des passagers en fonction de qui ils sont ou de l’endroit où ils habitent. Un peu partout, les associations de défense des handicapés pointent du doigt la mauvaise volonté d’Uber. En juillet encore, la justice du Massachusetts, puis celle du Texas ont sommé le géant californien de se conformer à la législation suite aux nombreuses plaintes de clients en fauteuil roulant ou accompagnés d’un chien-guide dont la course a été refusée.
Le Québec s’insurge
La contestation s’étend désormais au nord du continent américain. En décembre 2015, la présidente du RAPLIQ, organisme ayant pour but de défendre et promouvoir les droits des personnes en situation de handicap au Québec, a menacé de poursuivre Uber pour discrimination si la société ne se mettait pas en conformité avec le règlement provincial qui stipule que les compagnies de taxi ayant au moins 20 propriétaires d’un permis doivent avoir au moins un véhicule TPMR. Linda Gauthier souhaite en outre qu’Uber « se structure » et respecte toutes les normes auxquelles sont soumis les taxis : permis, formation, assurances. Mauvaise publicité pour un Uber qui, d’un côté, se targue d’être l’avenir de la mobilité pour tous et de créer de l’emploi, et de l’autre refuse de se soumettre aux réglementations de la plupart des États et des grandes métropoles qui imposent aux compagnies de transport un pourcentage toujours plus élevé de véhicules adaptés.
La fuite en avant
L’amende d’un peu plus de 7 millions de dollars risquée par Uber en Californie peut faire sourire quand on la compare aux 70 millions infligés à Fiat-Chrysler par la justice américaine, ou encore aux montants faramineux en jeu dans le scandale Volkswagen. Et elle n’est rien par rapport aux pertes surprenantes qu’a subies Uber au premier semestre 2015 : près d’un milliard de dollars ! Des chiffres qui n’ont pas l’air d’inquiéter Travis Kalanick qui souhaite encore accélérer le développement de son entreprise. Apparemment, il conserve également la confiance de ses investisseurs qui n’ont pas peur de l’éclatement de la bulle et lui ont accordé pas moins de 2 milliards de dollars lors de sa dernière levée de fonds ! Comme le dit l’adage : « Quand tu dois 10 000 € à ton banquier, tu as du mal à dormir. Quand tu dois 10 millions d’euros à ton banquier, c’est lui qui a des insomnies… »

LT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :