Tarifs : le pied sur le frein

Emboîtant le pas à leurs confrères du Québec qui ont demandé le gel de leurs tarifs réguliers afin de faire face plus efficacement à la compétition d’Uber, les taxis français et leurs organisations syndicales sont tombés d’accord avec le gouvernement pour limiter les frais. Il est vrai qu’avec une inflation proche de zéro et un prix du gazole au-dessous de la barre symbolique de l’euro, les taxis auraient mauvaise grâce de réclamer une augmentation tarifaire. À eux maintenant d’en faire la publicité auprès de la clientèle !
Compteur à zéro
L’arrêté du 3 décembre 2015 relatif aux courses de taxi le confirme : pour les taxis non parisiens, « la variation du tarif de la course type est fixée à 0 % et ses composantes, ainsi que les majorations et les suppléments, sont égaux à ceux en vigueur pour l’année 2015. » Pour rappel, la course minimum est fixée à 7 €, la prise en charge ne peut dépasser 3,83 €, le km A 1,05 € et la marche lente 35,26 €. Cela ne les dispense pas d’aller modifier leur compteur dans les 2 mois qui suivent la publication de l’arrêté préfectoral !
Les professionnels ont bien compris que ce n’était pas tant l’augmentation des charges qui impactait leur chiffre d’affaires, mais plutôt la baisse notable d’activité due au contexte économique général et à une concurrence exacerbée. Le but est donc de regagner de la clientèle en étant attractifs. En 2016, non seulement les tarifs taxi restent plus que compétitifs face à la concurrence, mais ils deviennent également beaucoup plus « lisibles » pour la clientèle occasionnelle, notamment celle des aéroports. Savoir avant même de monter dans la voiture combien vous coûtera votre trajet jusqu’à Paris depuis CDG ou Orly, quels que soient le jour, l’heure, le trajet emprunté ou les embarras de la circulation permet de couper court aux fantasmes du taxi qui fait trois fois le tour du périph avant de vous déposer à l’hôtel ! 0 % d’augmentation donc, sauf à Paris…
0,5 % pour Paris
Pourquoi une telle exception ? Le fameux « lobby » des taxis parisiens cher aux éditorialistes en manque d’inspiration aurait-il encore frappé ? En réalité, les professionnels de la capitale subissent de plein fouet et sans doute plus qu’ailleurs la concurrence des VTC, des plates-formes de mise en relation, des transports publics, sans parler des transports illégaux. À quoi il faut ajouter une circulation toujours aussi pénalisante, la perte – à partir du 1er mars 2016 – des suppléments bagages et 4e personne et la mise en place des forfaits aéroports qui les plongent dans l’inconnu. Conséquences : une baisse significative de la fréquentation et donc du chiffre d’affaires. Rien d’étonnant alors à ce que les taxis parisiens bénéficient d’un régime particulier pour l’année 2016.

Sale temps pour les VTC
Étranglés par Uber et consorts qui – leurs chauffeurs en ont fait la triste expérience cette année – peuvent décider unilatéralement d’accorder des remises à la clientèle dont ils sont les premiers à faire les frais, les VTC affiliés à une plate-forme de mise en relation ne sont guère enclins à l’optimisme. Leurs points forts, ou supposés tels, sont contrés par les taxis les uns après les autres : paiement par carte bancaire, forfaits… Parlons-en justement des forfaits. Pour une course en VTC au départ du centre de Paris à destination de CDG, il vous en coûtera entre 60 et 90 € selon le type de véhicule, à rapprocher des 50 à 55 € du nouveau forfait taxi. Idem entre Paris et Orly où les VTC facturent entre 48 et 70 € alors que les taxis sont désormais astreints à proposer un tarif variant entre 30 et 35 € ! Quant aux médias qui auraient encore quelques illusions sur l’angélisme des plates-formes numériques, nous ne résistons pas au plaisir de leur citer le message envoyé par Uber France à ses chauffeurs à l’occasion des fêtes de fin d’année : « Uber est le premier réseau à proposer des majorations tarifaires en temps réel pour garantir la disponibilité des véhicules. Conséquence de la demande exceptionnelle, ces majorations seront très importantes le soir du 31. Elles ont atteint jusqu’à x4 l’année dernière, et pourront, dans une certaine mesure, monter plus haut si la demande le justifie. » Sans commentaire.

LT

Plus d’info :
Arrêté du 3 décembre 2015 – http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000031572323&categorieLien=id

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :