Taxis/VTC : Un triste effet de substitution

Face aux moyens employés par la société Uber et consorts, l’enquête OpinionWay – Taxis Bleus n’a pas reçu l’accueil qu’elle méritait. Pourtant, elle réfute, preuves à l’appui, le fantasme tant prisé par les médias de « la mobilité pour tous » offerte par la multiplication tous azimuts de VTC et renforce la légitimité des revendications des taxis de France et d’ailleurs !
Une enquête fiable
L’enquête sur « les pratiques des utilisateurs de taxis, de VTC et d’offres payantes de transport entre particuliers » réalisée par l’institut de sondage indépendant OpinionWay sur commande de la société Taxis Bleus semble avoir été ignorée par les médias. « C’est de l’autopromotion », méprisent certains VTCistes… À tort, car le professionnalisme de cet institut garantit des conditions d’enquête objectives. Menée du 29 juillet au 6 août 2015 via un questionnaire en ligne auprès d’un échantillon de 1167 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, cette étude a interviewé trois échantillons : les utilisateurs de taxis, ceux de VTC ainsi qu’un échantillon « d’utilisateurs d’offres payantes de transport entre particuliers », et sa représentativité assurée par la méthode des quotas.
Retour à la réalité
Non, le développement des VTC et des applications du type d’UberPop n’assurent pas « la mobilité pour tous » qu’il promet ! Grâce à cette étude, les taxis voient simplement confirmé le siphonage de leur clientèle. Elle montre en effet que les utilisateurs des services VTC et d’offres payantes de transport entre particuliers appartiennent principalement à la catégorie des CSP+ (catégories socioprofessionnelles supérieures) franciliennes comme en témoigne chaque jour leur forte présence dans le quart ouest parisien. En cas d’indisponibilité du service utilisé, seule une part minime des clients n’aurait pas effectué le déplacement envisagé, tandis que les autres auraient majoritairement opté pour le taxi devant les transports en commun. En résumé, loin d’augmenter la demande et permettre aux plus mal lotis de se déplacer pour pas cher, les sociétés d’application smartphone de mise en relation et leurs flottes d’auto-entrepreneurs « tapent » dans la clientèle taxi existante et s’adressent à des utilisateurs déjà détenteurs d’un véhicule (87 % des clients VTC et 91 % de ceux ayant recours aux offres payantes entre particuliers).
Une situation connue de tous
Les résultats de cette enquête ne surprendront pas les représentants du transport de personnes par VTC. Nombre d’ex-grands remisiers – ces transporteurs proposant un service haut de gamme comme il en existait avant la loi de 2009 créant les VTC –, dénoncent eux aussi l’imposture. La Fédération française des exploitants de voitures de transport avec chauffeur affiche sur son site Internet une répartition éloquente des entreprises VTC. Sur les 13 364 entreprises immatriculées (et qui ont la possibilité d’affréter un nombre illimité de véhicules), 63,35 % sont localisées en Île-de-France, 10,96 % en PACA et 6,19 % en Rhône-Alpes ! En outre, les applications smartphone pour VTC ne pourront feindre la naïveté car elles utilisaient récemment l’effet de substitution de l’activité des taxis par celle des VTC comme argument pour obtenir leur intégration dans les voies réservées en direction des aéroports ! HM

Consulter l’enquête : http://bit.ly/1UyUsvg

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :