Artillerie médiatique

Pendant que les sages du Conseil constitutionnel réfléchissent sur la nécessité d’être qualifié pour être transporteur, qu’un convoi de taxis de France s’apprêtent à rejoindre la manifestation organisée par leurs collègues belges dans la capitale européenne, Uber et ses communicants semblent avoir, une nouvelle fois, dégainé leur artillerie médiatique ! « Uber pourrait être à l’origine de milliers d’emplois en France d’ici à deux ou trois ans », déclarait, dès le début de semaine, David Plouffe, ancien directeur de la campagne présidentielle de Barack Obama, désormais membre de la direction de la célèbre multinationale. Une phrase forte qui n’engage à rien. Hors les artifices d’usage de la langue française, un emploi est-il un travail permettant une croissance personnelle et sociale ou un « job » comme ceux qui gangrènent l’économie américaine et au sujet duquel se multiplient les requalifications de travailleurs indépendants en salariés? Pour les taxis, l’effet de substitution de leur service par celui des VTC ainsi que par les offres payantes de transport entre particuliers, type UberPop, est désormais statistiquement confirmé par la récente enquête réalisée par l’institut de sondage OpinionWay en partenariat avec les Taxis Bleus. Contredisant les promesses d’une mobilité pour tous, elle révèle que le profil type du client auquel s’adressent Uber et ses semblables se réduit au cadre supérieur établi en Ile-de-France ! Mais l’ingéniosité de la communication déployée par la multinationale ne se cantonne pas à surfer sur les préjugés. Alors que ses dirigeants français seront jugés à la fin du mois par le tribunal correctionnel de Paris, elle prépare le terrain en sa faveur. Lobbyiste hyperactive, elle participe à tous les débats stratégiques sur le développement de l’économie collaborative et organise des réunions informelles au niveau européen. Fine attachée de presse, elle avance des arguments chocs dénués de fondement et enflamme le climat médiatique en distillant le risque de violence de la part des taxis qu’elle exproprie. Mais Uber n’oublie pas ses objectifs et l’étude publiée par le site spécialisé Digiming le confirme : éliminer son concurrent marketing et récolter les données de nos smartphones.
Hélène Manceron

En savoir plus :
Digiming – http://bit.ly/Digiming
OpinionWay/TaxisBleus – http://bit.ly/1UyUsvg

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :