Circulation 2.0

La mi-août annonce la fin prochaine de la trêve estivale et ce week-end, un nouvel épisode du chassé-croisé des vacanciers. Alors que l’économie française enregistre une croissance diététique à 0 %, les premiers bilans de fréquentation touristique frémissent à peine, en dépit ou grâce à la météo. Nombreux sont les estivants ayant raccourci leur vacances d’été car si les résultats positifs des professionnels du tourisme se justifient par un léger gain de pouvoir d’achat pour les familles, une baisse du prix des hydrocarbures favorables aux escapades et des crises internationales décourageant les amateurs d’aventures exotiques, la durée des séjours s’est singulièrement abrégée, augmentant la fréquentation du réseau autoroutier. Le week-end dernier a enregistré un nouveau record d’embouteillages cumulés de 972 km, prenant à revers les prévisions de circulation devenues aussi instables que celle de l’économie. « En 2040, 70 % de la population mondiale va vivre dans les villes, contre moins de 40 % aujourd’hui […] Le marché de la mobilité urbaine va devenir un élément critique », soulignent les experts du secteur. Certains se frottent déjà les mains à cette idée, considérant le développement des techniques de communication comme la solution miracle. « La stratégie de Google, c’est d’être le portail de votre mobilité. Les nouveaux outils de communication permettent de fluidifier vos déplacements, de les rendre plus économes, moins chers, plus efficaces. Google entend mettre les siens en avant. Ce qui est logique quand on voit le temps que l’on passe dans la mobilité », renchérit un autre expert interviewé par le quotidien Libération qui a réservé un dossier spécial à la multinationale dans son édition du week-end. Avec un modèle économique fondé sur la gratuité, Google vend et partage les données concernant nos habitudes et nos préférences. En échange de la prise en charge de notre mobilité, il nous proposera des offres commerciales ciblées et difficiles à refuser. Suite au Grenelle de l’environnement, l’État a certes réduit la voilure des projets autoroutiers mais la « circulation 2.0 » n’en a cure et reste déterminée à nous bercer d’illusions pour nous proposer ces offres commerciales et faire des embouteillages un prochain temps fort de consommation.
Hélène Manceron.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :