Taxis franciliens : engagés pour l’avenir – C. Van Lierde, SATC 92

« Nous nous sommes engagés dans notre métier, nous avons investi et payons nos impôts. À la fin du remboursement de l’achat de notre licence, c’est près de 50 000 € d’impôts cumulés que nous aurons versés sur cet investissement ! Notre licence n’est pas une rente, c’est le portefeuille clients de notre entreprise qui en justifie le prix. Les sociétés d’applications pour smartphones ne vendent-elles pas leurs fichiers de clients et leur potentiel de développement lors de leur fusion ou de la vente de leur entreprise ? » Président du Syndicat des artisans taxis communaux du 92 – syndicat affilié à la FNDT, Fédération nationale des taxis – et amateur de football, Christophe Van Lieder va droit au but. Profitant de l’organisation d’une formation initiale pour le recrutement de chauffeurs en 2015, nous l’avons interrogé sur les perspectives d’activité dans le département.

C Vanlierde_petit

Où en est le renouvellement 2014 de la convention de transport de malades assis avec la CPAM ?
Plus de 50 % des entreprises taxis ont choisi de ne pas renouveler, la CPAM s’étonne de ne pas avoir plus de taxis volontaires et les malades se plaignent de la difficulté d’accès aux soins. C’est le résultat des conditions de conventionnement de la CPAM qui impose notamment une remise de 10 % sur les transports, soit une augmentation de 100 % de la remise précédente. Alors qu’elle voulait une augmentation de 500 % de cette remise, il a fallu rappeler les règles de la convention type nationale pour nous faire entendre. Nous invitons néanmoins nos collègues à effectuer les démarches de conventionnement car, avec les nouvelles dispositions du code de la Sécurité sociale [article 322-5] qui vont introduire les conditions d’un indice économique, il est impératif pour l’équilibre de nos entreprises que nous soyons présents sur ces transports.
Subissez-vous la concurrence des VTC qui se sont multipliés dans la capitale ?
Nous subissons d’abord celle de nos collègues parisiens ! Certains d’entre eux maraudent hors de leur zone de prise en charge ou se positionnent en attente d’une réservation. Il faudrait que cette minorité comprenne que si chacun est sur sa zone de prise en charge, les clients seront bien servis ! De plus, la distorsion de concurrence induite par la différence de remise et de tarifs entre les taxis des Hauts-de-Seine et les taxis parisiens est préjudiciable aux taxis du département. Il a fallu que je produise l’ensemble de la facturation de mon entreprise pour prouver ma bonne foi.
Quelles perspectives pour l’avenir ?
Nous nous mobilisons aujourd’hui pour que demain, nous puissions encore travailler. Les chauffeurs de taxi doivent être des chefs d’entreprise informés et volontaires pour prendre leur avenir en main. Nous ne sommes plus dans un rapport de logique vis-à-vis des VTC mais dans un rapport de force. Nous devons maintenir une présence continue sur la voie publique et nous engager pour une visibilité numérique. À ceux qui sont solidaires mais restent passifs, n’oubliez pas que le vote blanc ne compte pour rien !

Contact SATC : 06.50.35.65.53 / satc92@1s.fr

HM

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :