Impunité à l’américaine

Le projet de loi relatif aux taxis et aux voitures de transport avec chauffeur, présenté et défendu par le député Thévenoud, prévoit que les règlements précisant les dispositions phares que sont l’open-data taxi et la nouvelle procédure d’immatriculation des VTC devront être publiés au plus tard au 1er janvier 2015. Six mois qui risquent d’être denses tant au niveau politique que sur le terrain, alors que la saison estivale vient de commencer et que la concurrence déloyale de sociétés d’applications smartphone comme Uber semble se poursuivre en toute impunité.

Mais le taxi n’est pas la seule économie de proximité victime des assauts des prédateurs d’outre-Atlantique. Le secteur de la grande distribution, notamment alimentaire, s’inquiète de l’implantation d’une firme américaine aux techniques très différentes de ce qui est pratiqué en France et en Europe. Le trublion, comme le nomme Le Monde dans son article du 17 avril dernier, se nomme Costco, spécialiste de la vente en gros et numéro trois mondial de la grande distribution. Le concept Costco repose sur la vente aux particuliers d’un nombre limité de produits en gros, disponibles sur palettes dans des magasins-entrepôts, à des prix ultra-compétitifs : huile de cuisson par bidon de 25 litres, fromage par 3 kilos ou encore pot de mayonnaise de 4,6 kg ! Un magasin a récemment ouvert ses portes à Séville, en Espagne, et son directeur affirme qu’il est plus « efficace » de présenter les produits en vrac qu’en rayon ! Il voulait certainement dire « rentable » pour l’entreprise qui, grâce à ce système, réduit considérablement son nombre d’employés… Mais le secret de la réussite de Costco repose également sur l’obligation de souscrire une adhésion pour accéder au magasin, 36 € par an à Séville. Les premiers acheteurs interviewés semblent persuadés qu’ils rentabiliseront leur investissement. Pourquoi pas. Mais après avoir investi dans un fromage de 3 kilos, le consommateur ne sera-t-il pas tenté d’en revendre quelques parts à ses voisins sur une plate-forme de consommation collaborative ? Encore une fausse bonne idée qui risque de déplaire aux fromagers et aux vendeurs des rayons dédiés des supermarchés de proximité. Quant à Costco, il s’assure par ce biais que les ménages adhérents lui réserveront une part de leur budget annuel, qu’ils consomment ou pas. Certains spécialistes en salivent d’avance et affirment que le modèle est transposable en France, soulignant la motivation supplémentaire chez les acheteurs qu’entraîne le coût annuel de l’abonnement. Certes, ils reconnaissent également qu’en règle générale, nombreux sont les adhérents qui oublient d’utiliser leur abonnement ou n’en profitent que rarement. Ainsi, grâce à une bonne gestion de l’équilibre entre ceux qui oublient et ceux qui n’oublient pas, la firme pourra assurer les objectifs de son business plan et garantir des prix bas ! Certains élus locaux, en prise avec la réalité des territoires – comme en Seine-et-Marne –, ont refusé l’implantation de Costco, ce qui n’empêche pas la firme américaine d’ouvrir son premier magasin en Essonne à l’automne 2015 et de prévoir l’implantation prochaine de quatre à six magasins en Île-de-France !

Hélène Manceron

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :