« L’open data est un hors sujet !» – S. Metz, Taxis G7

Pourquoi êtes-vous opposé à la proposition d’open data du rapport Thévenoud ?
La médiation a été initiée pour régler les problèmes de distorsion de concurrence entre taxi et VTC. L’open data est un hors sujet car non seulement il ne règle pas le problème, mais il en pose de nouveaux. En réalité, il n’existe pas de déficit de mise en relation entre clients et taxis. En tant que central radio, nous sommes les premiers à inciter notre clientèle à utiliser les innovations technologiques mais, en dépit de l’engouement pour les applications smartphone, 80 % des commandes de nos clients continuent à être effectuées par téléphone car la grande majorité des clients préfère être mise en contact avec un opérateur.
Serge Metz petit

Quels sont les effets pervers que vous dénoncez ?
Premièrement, il ajoute une nouvelle distorsion de concurrence entre taxis et VTC. En effet, ces derniers pourront connaître la position des taxis et surveiller leur activité pour adapter la leur. A contrario, il n’y a aucune donnée sur les VTC, que ce soit leur nombre de véhicules ou de chauffeurs. L’open data ne peut se concevoir que si toute l’offre de transport est traitée sur un même pied d’égalité ! Il faut que l’ouverture de données soit réciproque et donne également des informations précises sur l’activité des VTC sans oublier celle des VLTP*. Des informations qui, dans l’état actuel des choses, n’existent pas.
Cette mesure pose également un problème du respect de la vie privée, en premier lieu celle des clients. En effet, même si leur nom devait rester confidentiel, leurs déplacements pourront très facilement être identifiés. Or nombreux sont ceux qui privilégient le taxi pour son anonymat et nous risquerions alors de les perdre. Quant à la vie privée des chauffeurs, il sera facile suivre leur activité quotidienne et ainsi, par exemple, reconstituer leur recette…
Enfin, si l’open data était mis en place, cela fragiliserait tous les centraux radio qui risqueraient de baisser leurs investissements dans le secteur. C’est parce les chauffeurs de taxis s’engagent à être fidèles à leur central que celui-ci peut les soutenir et investir dans des programmes telle la flotte Horizon pour le transport des personnes à mobilité réduite ou Green Cab pour le développement des véhicules hybrides. C’est une erreur que de réduire l’activité d’un central comme Taxis G7 à l’unique mise en relation par géolocalisation. Notre société emploie plus d’une trentaine d’ingénieurs pour faire évoluer notre service en fonction des attentes de nos clients passagers et taxis.
Que reprochez-vous à ce rapport ?
Nous n’y voyons pas de mesures phares comme par exemple un prix minimum à même de faire cesser la distorsion de concurrence entre taxi et VTC. Tant que la question du dumping social résultant du recours à des auto-entrepreneurs n’est pas résolue, les VTC continueront leur pratique de prix prédateurs. Et puis, la suppression de la visualisation par les clients des VTC sur les applis est un gadget. C’est dans les rues et surtout les gares et les aéroports qu’il faut supprimer la maraude. Et puisqu’on nous parle de simplification administrative, pourquoi ne pas aligner les conditions des VTC sur celles déjà assumées par les VLTP ?

LT, propos recueillis par HM
* Véhicule léger de transport de personne sous réglementation LOTI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :