L’innovation, oui… Mais au service de qui ?

« Airbnb et Uber ? Des arnaques à la mode. » Un titre choc pour le site Arrêt sur Images qui cite les propos de l’économiste Dean Baker. « L’économie du partage, symbolisée par des entreprises comme Airbnb et Uber, est la dernière folie à la mode […] mais les commentateurs oublient la réalité : ces nouveaux modèles économiques sont largement basés sur le fait de contourner les réglementations et enfreindre la loi », affirme l’expert qui « en a marre de lire des papiers dithyrambiques sur ces différents outils qui permettent de mettre en relation des particuliers, en dehors des circuits économiques traditionnels. » L’écran de fumée entretenu par les sociétés d’applications smartphone pour VTC commencerait-il à se dissiper ? « La VTC, ce n’est plus ce que c’était ! » rappelle de son côté rue89.nouvelobs.com. « Certains chauffeurs estiment désormais que leur sort n’est pas plus enviable [NDLR : que celui des taxis]. Ils affirment que leurs conditions de travail se sont dégradées. » Moins de 15 jours avant une journée de mobilisation européenne de la profession, ces propos devraient revigorer les taxis. Mais les chauffeurs semblent ne plus se contenter de bonnes intentions. « Le libéralisme exacerbé mené par l’Union européenne sous prétexte de favoriser le libre jeu de la concurrence est en train de détruire des centaines de milliers d’emplois à travers l’Europe. Les dirigeants de nos pays respectifs ne veulent pas appliquer de politique courageuse pour enrayer ce phénomène nuisible en se retranchant derrière des directives européennes qui mettent à mal nos entreprises. Rentrons en résistance pour protester contre la concurrence déloyale et les pratiques illégales des VTC », dénonce la FNDT dans son appel à mobilisation. Espérons que la prise de conscience des pouvoirs publics soit suivie d’action car les dommages dont sont victimes les entreprises de proximité sont réels. À Paris, l’analyse de la demande théorique, paramètre de l’indice économique qui sert chaque année à déterminer le nombre de créations de nouvelles licences, constate froidement les dégâts. En effet, alors que l’on s’appuyait sur une hausse prévisionnelle de 4,8 % du nombre de courses taxi, les résultats cumulés de l’activité des centraux radio parisiens témoignent en réalité d’une baisse de 10 % ! Selon les premières estimations, les taxis en auraient perdu 1,6 millions au premier trimestre 2014 au profit des VTC et Autolib’. Où est donc passée l’explosion de la demande qu’éditorialistes et économistes libéraux nous avaient promise ? Si les taxis se meurent, que les chauffeurs de VTC ne vivent pas et pendant ce temps-là, le client est toujours coincé dans les embouteillages pour rentrer chez lui… Le gouvernement s’attellera-il enfin à la modernisation durable du transport individualisé, ou continuera-t-il à céder aux chimères du 2.0 ?

Hélène Manceron

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :