L’économie de proximité est un domaine stratégique !

Alors que ses citoyens sont appelés aux urnes dans une semaine, l’Union européenne est chahutée de toutes parts. Et voilà que dans les entreprises, l’alimentation, l’environnement, « le traité transatlantique de libre-échange, que négocient l’Union européenne et les États-Unis, favorise les règles ultralibérales voulues par les Américains », nous explique Le Parisien – Aujourd’hui en France dans son édition d’aujourd’hui. « C’est le bras de fer entre le Nouveau et l’Ancien Monde », se plaisent à chroniquer les éditorialistes libéraux. Pour leur gouverne, le « Nouveau Monde » commence à dater car l’expression remonte à Christophe Colomb ; à l’inverse, celle de la « vieille Europe » n’est apparue qu’en 2003 dans la bouche du secrétaire d’État à la Défense des États-Unis. Qu’importe puisque l’un comme l’autre se font désormais régulièrement tacler par les pays émergents ! Les tensions économiques entre les pays entretiennent la crainte du repli des États sur eux-mêmes. Les gouvernements ont-ils d’autres choix pour surmonter la crise ? Si les peuples de consommateurs n’ont plus d’emplois, qui va enfin faire germer la croissance ? En France, la décision du gouvernement d’élargir le dispositif – existant depuis 2005 – pour la protection des domaines dits stratégiques – défense nationale, technologies de l’information et jeux d’argent – aux domaines de l’énergie, des transports, de l’eau, de la santé publique et des communications électroniques s’attire les foudres des partisans du laissez-faire. C’est pourtant une politique qu’ont adoptée de nombreux pays, notamment les États-Unis, premiers détracteurs de l’exception culturelle ! Comme toute arme de dissuasion, la menace de veto qui plane désormais sur les investissements d’entreprises étrangères dans les domaines sensibles devra, bien évidemment, être utilisée avec prudence pour ne pas dériver vers un protectionnisme stérile. Peut-être évitera-t-elle que des sociétés rapaces ne s’abattent comme des nuées de sauterelles sur l’économie de proximité de nombreux pays européens ainsi que le dénoncent les taxis de Paris, Berlin, Bruxelles ou Londres…Créée, entre autres, pour garantir la paix, l’Europe doit aujourd’hui relever le défi d’une guerre économique qu’elle est dans l’obligation de gagner ! Le jeu en vaut la chandelle, d’autant que le vieux continent est dorénavant au coude à coude économique avec les États-Unis. Les élections européennes, c’est le 25 mai prochain…
Vous savez ce qu’il vous reste à faire !

HM

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :