Editeur n’est pas chauffeur

Le 13 mars dernier, les organisations professionnelles du taxi avaient programmé une manifestation nationale pour dénoncer la concurrence déloyale des VTC mais également l’organisation du transport de malades dans les départements. Souvent oubliée, la question de l’organisation des transports de malades en taxi met aujourd’hui en péril près de 20 000 taxis et les emplois qu’ils génèrent. Suspendant le mouvement à la dernière minute pour témoigner de leur bonne volonté dans la concertation avec le médiateur, les taxis attendent en retour une prise en compte honnête et concrète de la situation actuelle de leur activité. À mi-parcours de sa mission confiée par le Premier ministre, le député de Saône-et-Loire, Thomas Thévenoud, a conduit une première série de 37 auditions. Aux représentants des taxis, des VTC et des gestionnaires d’applications smartphone, le député a annoncé lors d’une réunion plénière à l’Assemblée nationale sa méthode et un calendrier de travail autour de quatre thèmes : les règles du jeu au niveau national ; les innovations et la modernisation du transport léger de personnes ; les spécificités du Grand Paris ainsi que le transport de malades assis en taxi. Et même si le député se félicite dans son communiqué de presse « de la publication par le gouvernement d’une circulaire interministérielle à destination de tous les préfets qui les invitent à renforcer les contrôles sur l’activité des VTC, notamment sur les questions de sécurité et de transparence tarifaire », les taxis ont d’ores et déjà déposé plainte contre X auprès du procureur de la République pour dénoncer les pratiques déloyales de certains de leurs concurrents. « Qui saura réformer les taxis saura réformer la France ! » défient médias et éditorialistes. Avec une mission de concertation se déroulant pendant les élections municipales, le débat semble biaisé. La polémique alimentée par les start-up d’applications smartphone est instrumentalisée et galvaudée à des fins électorales et commerciales. À défaut de réformer la France, le médiateur parviendra-t-il à rétablir l’équité dans la jungle du transport de moins de dix places ? Rien n’est moins sûr sauf à faire la distinction entre distributeurs et transporteurs, la différence entre éditeurs d’applications pour smartphones et chauffeurs qu’ils soient de taxi, d’ex-grande remise, de Véhicules Légers de Transport Public – VLTP comme de VTC. HM

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :