Humour : Michel de la Teigne, Épisode #155

Après avoir traversé plusieurs années de taxibashing, les taxis connaissent le poids des préjugés et les dommages qu’ils peuvent entraîner. Dans l’épisode que nous vous présentons, Michel de La Teigne, notre taxi parisien pourtant aguerri à force de sillonner la capitale, se fait dérouter dans l’impasse de ses idées préconçues !

Alors que, malgré la chaleur de l’été enfin retrouvée, l’opinion publique se fragmente sous la pression continue de la crise sanitaire et les stéréotypes véhiculés par les médias sans cesse en maraude pour interviewer un « bon client », cet épisode nous invite à ne pas nous laisser emprisonner dans nos idées ! Un défi à partager dès l’apéritif !

À l’occasion des numéros d’été de votre web journal, notre rédaction a le plaisir de publier les aventures ce personnage désormais célèbre de la « culture taxi » qui cache un authentique chauffeur de taxi parisien. Issus de l’album « Banquette de veaux » paru en février dernier aux éditions Rouquemoutte, quelques morceaux de choix que nous avons le plaisir de partager avec vous ! Effets rafraîchissants garantis !

« Moins les gens savent comment les saucisses et les lois sont faites, mieux ils dorment. » Je ne peux pas résister au plaisir de citer cette saillie d’Otto von Bismarck… Il est toujours intéressant de voir comment les hommes exploitent les clichés qui les concernent eux-mêmes.

Ce qui m’intéresse aussi, c’est de voir comment nous, Français, exploitons les clichés sur nos voisins. Il y a ma beauferie franchouillarde de taxi décadent ‒ que vous me pardonnerez, j’en suis certain… Mais il y a aussi ces gens sérieux, pompeusement sérieux, vous savez, ces éditorialistes des chaînes d’info qui commentent tous les faits politiques, surtout les plus insignifiants : ces gens-là n’ont rien à envier à la médiocrité de mon cliché sur la bière allemande.

Car comment parlent-ils de l’Allemagne ? Toujours de la même façon : ils louent depuis des décennies « la rigueur allemande », le supposé sérieux avec lequel les Allemands gèrent leur argent public et limitent leur dette. Cet éloge n’est rien d’autre qu’une réinterprétation du filon plus-cliché-tu-meurs de l’Allemand strict, pondéré, consciencieux de l’imaginaire collectif français. Non seulement ils éculent ce cliché, mais en plus, ils l’exploitent politiquement pour dénoncer en creux la supposée légèreté française, notre prodigalité et le coût que représenterait notre modèle social, coupable de tous les maux selon ces idéologues libéraux.

Remarquez quand même que ces babillards occultent totalement ce qui les dérange dans les réalités allemandes… En Allemagne, par exemple, l’État finance de façon beaucoup plus importante qu’en France le congé parental, mais ne comptez pas sur Brunet ou Barbier pour le dire : c’est contraire à l’idéologie libérale. L’Allemagne a aussi accueilli plus d’un million (!) de migrants lors du pic migratoire de 2015, alors que la France se plaignait d’en recevoir quelques dizaines de milliers ‒ mais ça, Apathie et Truchot préfèrent l’ignorer. Il faut sauver le cliché du « modèle allemand », vous comprenez, pour que le téléspectateur français comprenne bien pour qui voter. Quitte à travestir la réalité, sans jamais mentir, mais en choisissant ce qu’on montre : le jeu préféré des médias.

Quand un beauf comme moi se moque des saucisses allemandes, c’est pour se sentir plus fier d’être un français gastronome, et ce n’est pas très malin. Quand un éditocrate comme Thréard idéalise la rigueur allemande, c’est idiot aussi, mais en plus, c’est trompeur et malhonnête. Or, vous savez quelle exemplarité j’exige des gens de pouvoir et, en ce sens, le beauf est toujours moins coupable que l’éditocrate. Le pouvoir s’accompagne toujours de la responsabilité de son exercice, Messieurs les pompeux cornichons : sachez-le.

Plutôt que de toujours trouver l’herbe plus verte en Allemagne ou aux Stéïtses, je recommande aux journalistes vedettes de se pencher attentivement sur les qualités du modèle social français : si certains modernes comme Bernie Sanders en font un exemple, c’est qu’il n’est peut-être pas si mauvais.

Michel de la Teigne

**********************

Pour acheter le livre des épisodes complets de Michel de la Teigne ou soutenir l’auteur dans ses publications sur son site gratuit et sans pub, cliquez sans retenue ! Commander le livre dans la librairie 100% NEWS TAXIS.

Encourager l’auteur pour qu’il lâche le volant et prenne ses crayons !

Lire toutes les histoires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :